18 Avenue de la Bourdonnais. 75007. Paris
  • slide
  • slide
  • slide

ACTIONS

en cours

ASSISTANCE

Permanences GAV

SOS

Collaboration

ACTUALITES

de la profession

Candidat SDA à l’élection au conseil de l’Ordre du 15 et 16 décembre.

Thierry TONNELLIER

TonnellierP

Pour un Barreau entrepreneurial et solidaire.

Vous attendez des solutions ! Je m’engage à obtenir 12 avancées majeures pour la profession.

Plaidoyer pour un Barreau entrepreneurial et solidaire.

Ancien membre du Conseil National des Barreaux, j’ai défendu notre profession avec acharnement et entêtement. J’ai aussi pris conscience que la sous-représentation des petites et moyennes structures et des collaborateurs était à l’origine de l’absence de changements en leur faveur.

En réponse à ce constat, j’ai fondé le Syndicat de Défense des Avocats pour défendre notre profession et principalement ceux qui élection après élection se désolent de voir leur situation se dégrader.

Si vous me faites l’honneur de vous représenter au Conseil de l’Ordre, je porterai votre voix et veillerai sans compromis à la défense de vos intérêts.

Vous attendez des solutions, je m’engage à m’investir pour obtenir :

    • 1- Réduction des charges pour tous et la limitation à 25 % des prélèvements sociaux et fiscaux pour les collaborateurs ayant une rétrocession inférieure à 2740 euros HT par mois.
    • 2- Création d’une protection « perte de collaboration » mutualisée au plan national.
    • 3- Lutte acharnée contre TOUS les braconniers du droit.
    • 4- Création d’un médiateur de l’Ordre pour assister les confrères en difficulté avec le RSI, l’URSSAF et la CNBF.
    • 5- Création d’un service de l’Ordre pour aider les Confrères à recouvrer rapidement leurs créances clients et simplification de la taxation d’honoraires.
    • 6- Lutte contre la réforme de la Chancellerie permettant à des médiateurs non avocat d’être rémunérés au titre de l’aide juridictionnelle.
    • 7- Régulation du nombre d’inscription des nouveaux Confrères au tableau en fonction de l’activité du Barreau.
    • 8- Création d’un label « égalité homme femme » pour les Cabinets.
    • 9- Autorisation de cumuler l’AJ avec les sommes de l’assurance protection juridique.
    • 10- L’avocat commis d’office pourra assurer la défense de son client pendant toute la procédure.
    • 11- Garantie d’une retraite de base décente pour tous après 15 ans d’exercice de la profession.
    • 12- Différenciation du tarif d’assurance RCP en fonction du chiffre d’affaires.

Ensemble et unis nous pouvons défendre la profession, faire aboutir ces 12 propositions, promouvoir un Ordre plus transparent et représentatif de la diversité de notre barreau.

Merci pour vos votes,

Coordonnées

38 avenue de la Grande Armée
75017 PARIS

Tél. 01 85 08 80 00

thierry.tonnellier@utopia-avocats.com
Facebook : Thierry Tonnellier candidat

Currriculum Vitae

Ancien Membre du CNB (2012-2014)
Président du Syndicat de Défense des Avocats
Enseignant Chercheur à l’Université PARIS 2
Officier de réserve de l’Armée Française

 

L’ uberisation de la profession vue par le cousin Hubert

Le mardi 24 novembre à l’heure du déjeuner, le Cabinet White en Case, dont l’un des associés se présente à l’élection du conseil de l’Ordre avait invité l’ensemble des candidats à présenter leur programme (hum!  ce coup-ci en une minute chrono !).

Exercice impossible que de se présenter, remercier pour l’invitation et dire…quelques mots sur son programme.

Plus intéressante a pourtant été la question de la salle aux candidats. « Que pensez-vous de l’ubérisation pour la profession ? »

J’avais lu, ici et là des professions de foi qui soulignaient l’uberisation rampante de la profession, j’avais cru y lire que ces candidats étaient contre, voulaient la combattre, nous protéger nous Confrères qui sommes en première ligne contre ces braconniers du droit en tout genre.

A ma grande stupéfaction, trois candidats ont pris la parole pour dire tout le bien de cette concurrence, que l’avenir de la profession était de se tourner vers d’autres marchés comme l’arbitrage international par exemple, qu’être contre était le signe de la ringardise,  de l’incompréhension d’un monde ouvert et moderne, en bref que la dérégulation, c’était l’avenir pour tous.

J’ai enfin pris la parole, en m’excusant de ne pas m’inscrire dans cette vision surréalistement optimiste des louanges de l’uberisation pour la profession. J’ai rappelé que ceux qui en parlent le mieux sont ceux qui le vivent déjà. Il est toujours nécessaire de rappeler à tous que le conseil juridique est réservé aux avocats et que cette prérogative légale n’est pas là pour nous protéger, mais pour protéger les justiciables contre l’amateurisme de certaines professions qui lorgnent sur notre marché et nos compétences.

Que nous ne pourrons de toutes les façons pas lutter avec des entreprises n’ayant aucunement nos contraintes déontologiques, d’assurance, de domicile professionnel, nos charges et nos obligations d’auxiliaires de justice, sans même parler de la possibilité d’avoir des sociétés commerciales à l’étranger ou de faire de la publicité sans contrainte.

Qu’il suffit de voir ce que l’uberisation à fait à la profession des taxis et avec AIRBNB aux hôteliers pour comprendre que même dans des domaines moins sensibles que ceux de notre profession, l’uberisation n’est pas la solution, mais bien le problème. Que si payer moins nous conduit à terme à une dérégulation totale de notre profession, nous aurons perdu notre robe en ayant l’illusion de sauvegarder notre porte-monnaie ou de paraître moderne. Personne ne pense que les experts comptables ou les notaires pourraient avoir dans leur rang des candidats qui s’expriment avec un tel argument.

Il y a enfin une bonne nouvelle, aucun Uber en puissance ne cherche à nous voler l’aide juridictionnelle, preuve par l’exemple que ces prédateurs d’un nouveau genre, ne s’attaquent pas aux proies sans revenus et nous laisseront s’ils en ont l’occasion la part la moins rentable de notre activité.

D’un point de vue purement économique, l’uberisation ne crée pas d’emploi, elle en détruit. Elle n’est moins chère aujourd’hui que pour mieux être plus chère demain.

Ne laissons pas mourir nos cabinets en laissant entrer le loup dans la bergerie, sous l’argument contestable que les loups sont l’avenir de l’agneau et qu’ils ne présentent aucun risque puisqu’ils existent déjà dans la nature.

Au SDA nous sommes pour une vraie défense de la profession et pour une lutte déterminée contre tous les braconniers du droit.

Campagne au Conseil de l’Ordre

UJA

 

Séance incontournable de la campagne, la présentation des candidats à la commission permanente de l’UJA. Une façon comme une autre de laisser les candidats répondre à des questions sur leur programme de campagne.

Dire en moins de 3 minutes, l’essentiel de votre pensée sur un sujet, c’est bien ce que certains magistrats aimeraient nous voir faire.

Un tour de piste des sensibilités du barreau et des aspirations souvent personnelles des candidats.

L’Ordre à besoin d’une vision progressiste et réaliste de la profession et une obligation de transparence dans son fonctionnement, plus que du savoir-faire juridique des candidats.

Paris endeuillé, mais Paris unifié

tour Eiffel

Dans les jours suivant les attentats terroristes, Paris est redevenu une place de résistance et de fraternité.

La France a été l’objet de l’attention du monde qui observait notre résistance au terrorisme.

La tour Eiffel, symbole de la capitale, s’est muée en un drapeau tricolore à l’image de la résistance de son peuple.

La France endeuillée par des attentats terroristes un vendredi 13

attentats Paris

 

J’ai croisé ce matin-là un vendeur de loto en arrivant au cabinet. Je me suis dit, à chacun sa chance et je me suis interrogé sur la perception de la symbolique d’une date. Je n’ai fait le lien qu’après avec le 11 septembre qui donne aux USA le fameux 911 (indicatif pour appeler les secours).
Des mains françaises et étrangères des esprits nourris par une soif de vengeance contre une société dont ils n’acceptent pas qu’elle ne partage pas leur fanatisme, leur extrémisme, leur pratique religieuse, ou encore simplement leur vision du monde, ont frappé au hasard, pour tuer, pour blesser, pour faire peur au plus grand nombre.

Ils ont dans un geste aveugle, fauché de nombreux êtres humains heureux de partager un verre dans un café, un moment de concert de musique, cultivant une idée de la vie, de l’amour, de la fraternité d’un peuple.

Ce soir-là, la France a repensé à Charlie, qu’elle avait cherché à oublier, elle a fait face à la haine et à la violence de ceux qui ne cultivent pas la tolérance de la différence.

Le SDA rend hommage à ceux qui nous ont quittés, parce qu’ils avaient simplement voulu vivre et partager, ils sont tombés sous les balles de l’intolérance et du fanatisme.

Gréve Nationale contre la réforme de la chancellerie

Grasse 2015

Devant la volonté du gouvernement de taxer la CARPA et de modifier la grille de l’aide juridictionnelle, l’ensemble des barreaux de France soutenu par le CNB a fait du 26 octobre 2015 une journée de Manifestation nationale.

Le SDA n’a pas simplement manifesté à Paris, mais est allé en province pour soutenir les Confrères, après que certaines manifestations, principalement à Lille, se soient terminées par l’intervention musclée de CRS déchirant la robe de Confrères qui exigeaient pourtant d’exercer simplement le droit de grève comme tout citoyen.

Cette grève générale et nationale a permis le recul de la loi de programmation budgétaire 2016, mais n’a rien réglé sur le fond. La revalorisation de 12 % de l’unité de valeur de l’aide juridictionnelle n’est que la constatation du manque d’intérêt par les pouvoirs publics de nos missions auprès des plus démunis.

La vrai démocratie se mesure souvent à l’importance que donnent les gouvernements au respect des valeurs de fraternité et de solidarité et à l’attention de toute personne nécessitant son soutien. En refusant aux avocats depuis des décennies une juste indemnisation, le gouvernement reporte à demain un problème urgent qui conduit beaucoup de Confrères dans des difficultés financières directement liées à leur générosité de coeur et à leur conscience de défendre tous les citoyens quel que soit leur niveau de fortune.

Thierry TONNELIER